Claude Broussouloux

 

BroussoulouxNé à Paris. Après une faculté de médecine (spécialité radiologie) et une escapade par Sciences-Po, Claude Broussouloux écrit ses premiers textes, dans la mouvance du "nouveau roman", pendant son service militaire au cours de nombreux arrêts de rigueur pour insubordination ! La publication de Les autres aux éditions Gallimard en 1971, lui permet de rencontrer Georges Lambrichs (futur directeur de la NRF). En 1972, un second texte est édité, La Marche dans la revue belge Marginales puis en 1973, de retour à la vie civile, il publie Les portes aux éditions P.J Oswald.


Il vient au théâtre par l'écriture radiophonique avec La fête prisonnière, dont la diffusion sur France Culture en 1974, avec Alain Cuny dans le rôle principal, est l'occasion de rencontrer un réalisateur radio, Georges Peyrou, également metteur en scène d'auteurs contemporains. Une communion de vue sur le théâtre et une estime réciproque les amènent à travailler ensemble. Georges Peyrou crée au théâtre Intime conviction (1975) et à nouveau à France Culture, Le Bonheur pour tous (1977) et La vie rêvée de W.B (1978).


Claude Broussouloux ne cesse alors d'écrire des pièces, publiées pour certaines aux éditions Galilée ou à l'Avant-Scène, et créées en France et à l'étranger : Les remplaçants (1976), La salle d'attente (1979), L'enfant (1982), Écoute de nuit (1984), Une étrange école (1985), Identification d'un homme (1987).


Il fait une petite incursion au cinéma et à la télévision en adaptant en collaboration avec Ariel et Thadé Piasecki, sa courte pièce Duo, diffusée sur Antenne 2 sous le titre de Pan, pan, t'es mort (1980). La même année, il écrit Le regard observé (éditions Galilée), texte par la suite plusieurs fois adapté au théâtre.


Parallèlement à sa carrière d'auteur dramatique, il poursuit son activité médicale et publie plusieurs essais sur des problèmes de société et de santé : La mort en sursis (Tchou, 1978), De l'acharnement thérapeutique à l'euthanasie (R. Laffont, 1985), Le corps humain est-il transparent ? (R. Laffont, 1985). De même, il collabore à des ouvrages scientifiques : Abrégé d'échographie (Masson, 1993) et Le diagnostic par échographie (Hemann, 1994), L'Échographie en urgence (Vigot, 1996), Éthique et imagerie médicale (Masson, 1998).


En 1993, il revient à l'écriture dramatique à la suite d'une commande de l'acteur italien Mario Maranzana, d'une pièce sur la rencontre fictive entre Voltaire et Goldoni : L'improbable rencontre est lue à Rome dans le cadre du bicentenaire de la mort de Goldoni. En 1997, il écrit une nouvelle pièce : Derrière la porte.
Il publie deux romans policiers aux éditions de la Voûte: Une balle derrière la tête (1997), Diagnostic fatal (1998).
Claude Broussouloux est également l'auteur de quarante-cinq sketches à deux personnages traitant, sur le mode ironique, de problèmes de société, et publiés dans différentes revues de 1980 à 1994 (Non !, Ejeu, Citoyen actualité, République).

 

En 2007, dix ans après, l'auteur récidive dans le genre policier avec Un scanner à la morgue aux éditions Pascal.

 

La même anée paraît Un monde horribilis aux éditions Art et comédie, et chez le même éditeur, un an plus tard, Le choix d'un coupable.

 

Enfin le 1er juillet 2010 sort en librairie Le corps inutile aux éditions Pascal.

 

Broussou dernier

 

 

 

Source La chartreuse.

 Photo portrait de Guy Martin