On ne badine pas avec l'amour

Publié le par festivallesdionysies.over-blog.fr

N'oubliez pas de cliquer sur l'image pour l'agrandir.

 

On ne badine pas avec l'amour est une pièce de théâtre en trois actes d'Alfred de Musset, publiée en 1834 dans La revue des deux mondes et représentée le 18 novembre 1861 à la Comédie-Française. La pièce est ici jouée par la compagnie Les Tréteaux du Charrel (Aubagne).

 

La pièce  

On-ne-badine-pas-. 3890

La pièce se déroule au château du Baron et a pour principaux personnages, Camille, sa nièce, une jeune fille de 18 ans qui sort du couvent, et son fils de 21 ans, Perdican, récemment titulaire d'un doctorat. Les deux jeunes gens se retrouvent après dix ans de séparation dans ce château si cher à leurs cœurs, où ils ont grandi, joué, et où ils se sont aimés. Le Baron projette de marier les deux cousins.

Perdican et Camille s'aiment depuis toujours, mais cette dernière, endoctrinée par les sœurs du couvent toutes victimes d'amours malheureuses, a appris à ne pas avoir confiance en les hommes. Elle a donc pris la décision d’y retourner et de vouer sa vie à Dieu.
On-ne-badine-pas-. 3841Camille continue malgré tout de cacher ses sentiments pour Perdican, par pur orgueil. Elle envoie donc une lettre à  Louise, une religieuse de son couvent qui l'a fortement influencée par l'exemple de ses propres malheurs pour la  dissuader de quitter ce lieu où elle « est en sécurité », lettre où elle explique qu'elle a tout fait pour se faire détester de Perdican, et où elle affirme que ce dernier est au désespoir à cause de son refus de mariage. 

Au cours d’une dispute entre Dame Pluche et Maître Blazius, Perdican tombe sur cette lettre. Touché dans son amour-propre, il laisse l'orgueil et la vanité le dominer, et décide de la détromper en séduisant Rosette, une jeune paysanne, sœur de lait de Camille, espérant ainsi rendre sa cousine jalouse, lui donnant rendez-vous afin qu'elle assiste à la scène...

 

L'auteur

 

Louis-Charles-Alfred de Musset naît en 1810 à Paris, au sein d’une famille parisienne que l'on dit unie et cultivée. Brillant écolier, il accumule des années d’avance. Le futur poète reçoit un grand nombre de récompenses dont le prix d'honneur au Collège Henri IV en 1827 et le deuxième prix d'honneur au concours général la même année.

Plus tard, il s’intéresse entres autres au Droit et à la Médecine. Paul de Musset, son frère aîné, racontera que « rebuté par l’aridité du  droit, il voulut essayer de la médecine ; mais la dissection des cadavres lui inspira un dégoût insurmontable ». Le cadet ajoute : « Jamais, je ne serai bon à rien, jamais je n'exercerai aucune profession. L'homme est déjà trop peu de chose sur le grain de sable où nous vivons ; bien décidément, je ne me résignerai jamais à être une espèce d'homme particulière ». Le jeune homme finit par faire admettre qu'il est bien destiné à la carrière des lettres. Alfred de Musset

Reçu dès 1828 dans le « Cénacle » le prestigieux salon où Hugo réunissait les principales figures du romantisme, Alfred de Musset y rencontre ses plus fidèles amis, Alfred de Vigny et Charles Augustin Sainte-Beuve. Jeune dandy à la sensibilité quasi maladive, il ne tarde pas à publier ses premiers recueils de vers, ainsi que des pièces dont l'ambiguïté les destine à la lecture plutôt qu'à la représentation scénique. Lorenzaccio, surtout, marque le point culminant de sa créativité artistique. Le sujet lui a été soufflé par George Sand, avec laquelle il entretient une relation plus qu'orageuse. Leur rupture prend pour Alfred de Musset des teintes tragiques : après les sublimes vers des Nuits, son inspiration se tarit, et il est pris de violentes crises dépressives dues à l'alcool. Paradoxalement, son théâtre remanié connaît un franc succès sur scène, et il est élu en 1852 à l'Académie française. L'enfant terrible du romantisme, ayant si bien décrit le « mal du siècle » a amorcé le spleen baudelairien. Son exploration de l'âme et des rapports entre les deux sexes, menée avec une fausse désinvolture, confère à ses écrits un caractère intemporel.

Sa santé se dégrade gravement avec son alcoolisme et Alfred de Musset meurt à 46 ans, le 2 mai 1857, à peu près oublié : il est enterré dans la discrétion au cimetière du Père-Lachaise, après des obsèques en l'église Saint-Roch. Ludovic Vitet, au nom de l'Académie française prononce l'éloge funèbre.

Redécouvert au xxe siècle, Alfred de Musset est désormais considéré comme un des grands écrivains romantiques français, dont le théâtre et la poésie lyrique montrent une sensibilité extrême, une interrogation sur la pureté et la débauche, une exaltation de l'amour et une expression sincère de la douleur. Sincérité qui renvoie à sa vie tumultueuse qu'illustre emblématiquement sa relation avec George Sand.

 

La compagnie


Les tréteaux du Charrel est une compagnie de théatre  amateur fondée en 1985. Installée à Aubagne (13), elle fait partie de l'association des acteurs de la Distellerie.

La compagnie  est affiliée à l'Union Artistique et Intellectuelle des Cheminots Francais. (UAICF)  et à la Fédération Nationale des Compagnies de Théâtre et d'animation. (FNCTA). 

Crée en association loi 1901, Elle à ce jour une trentaine d'adhérents dont 12 comédiens.

On-ne-badine-pas-. 3815

 

Samedi 19 novembre à 15 h  - On ne badine pas avec l'amour 

Comédie romantique - Alfred de Musset

Cie Les Tréteaux du Charrel. (durée 1 h 30 mn)

 

Sources : Musset immortel, Evene, ActuaLitté, Wikipédia, Les tréteaux du Charrel.

Commenter cet article